Google+ Followers

jeudi 27 novembre 2014

L'Homme est un loup pour l'Homme.

  Ce soir, mon Mari m'a parlé d'une vidéo qu'il avait vue et qui l'avait perturbé. Je le regrette à présent, mais j'ai voulu comprendre quelle sorte d'image pouvait bien le déstabiliser, alors j'ai regardé.
  Je ne la mettrais pas en ligne, je ne donnerai pas le lien, simplement parce que j'aurais voulu ne jamais la voir.

  Cette vidéo montre une nourrice et une petite fille qui doit avoir deux ans. Comme la petite recrache sa purée, elle prend une gifle, puis une autre. Mon cœur de maman voudrait alors retenir cette main qui blesse gratuitement. Et puis la petite se met à vomir et la nourrice la bat. Je ne vous décrirai pas la suite. Je n'en suis pas capable. J'ai crié devant mon écran et mon estomac s'est vrillé.
  Comment de telles choses peuvent-elles être possibles alors même qu'on se différencie des animaux grâce à ce qu'on appelle notre "humanité" ?
  Devant les yeux de cette nourrice à ce moment-là, il n'y a plus un enfant, plus un être vivant, seulement un réceptacle pour ses pulsions sadiques.
  Je voudrais croire que cette femme est un monstre et que je n'ai rien en commun avec elle. Mais je suis forcée d'avouer que mon seul désir en observant la scène a été de lui briser la nuque.
  Il n'y a qu'à lire les commentaires inscrits sous ces vidéos-chocs. Pour l'homme jetant un chaton contre un immeuble, quelqu'un proposait qu'on l'abatte, d'une balle dans la tête selon un second. 
  Pour les violeurs, les pédophiles, les idées ne manquent pas et si elles parlent presque toutes d'émasculation, elles font preuve parfois de beaucoup de créativité.
  Pour cette nourrice, quelqu'un parle de la brûler, une autre vidéo aurait d'ailleurs été mise en ligne, montrant le père vengeant son enfant.

  La violence appelle la violence.

  Je comprends la rage de ce père et son désir de protéger son enfant mêlé à la frustration de n'avoir pas été là pour le faire. J'imagine que je pourrais perdre la raison à sa place et j'ignore jusqu'où ma folie me conduirait.
  Mais lorsqu'il place sa caméra pour filmer la scène et qu'il met en ligne les hurlements de cette femme, qu'est-ce qui le distingue d'elle ?
  La faim justifie-t-elle les moyens ?
Peut-on traiter une personne de monstre et lui faire ensuite subir le même sort ?

Y a-t-il vraiment un loup en chaque homme ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire