Google+ Followers

mercredi 10 décembre 2014

Le jour où j'ai fait la paix avec mon corps.

   Je suis comme toutes les femmes, imparfaite, surtout à mes yeux. Mon corps trop rond, pas assez gracieux, me rendait invisible aux yeux de ceux à qui je voulais plaire et attirait les regards de ceux qui n'ont que peu de pitié.
De toutes les insultes et reproches, les pires pourtant venaient de moi. Ce corps, je le cachais, je le repoussais, je le refusais, sans me rendre compte que je me reniais moi-même. J'étais si envieuse de ce que je n'avais pas, j'avais tellement besoin de ressembler aux autres que j'en oubliais qui j'étais.
   Les années ont passé.
   J'ai multiplié les régimes, et avec certains j'ai connu quelques succès, durant un temps du moins. Mon mari me trouvait belle, je le pensais myope. Mes proches me disaient féminine, je ne voyais qu'un camouflage. Les hommes me draguaient parfois, je leur aurais bien mis une paire de baffes.
   Et puis je me suis sentie fatiguée. Il m'a semblé clair à un moment donné que je n'atteindrais jamais le but que je m'étais fixé. Et j'ai compris que je risquais de passer ma vie cachée dans le vestiaire au lieu de me jeter dans le grand bain.
   Alors j'ai écouté, regardé et parlé. J'ai parlé de moi et de ce corps jusqu'à ce que ce corps redevienne moi. J'ai écouté les compliments et je me suis forcée à ne pas les rejeter. J'ai regardé autour de moi, comme toutes les femmes se font du mal, y compris celles que j'enviais tant ! J'ai vu que la perfection n'existait pas et j'ai commencé à apercevoir ma propre beauté. Et puis finalement, j'ai fait la paix avec moi-même.

Mon tatouage: "Cesser d'évoluer, c'est se laisser mourir"

   Personne ne devrait se détester. Notre corps est notre meilleur allié. Comme un ami il a ses défauts et comme un ami, on doit l'aimer tel qu'il est.




1 commentaire:

  1. Je suis super sensible à ton vécu, étant aussi passée par des phases de total rejet de mon corps et ayant testé plein de régimes de toutes sortes. J'ai arrêté tout ça, lassée de ce contrôle perpétuel que j'exerçais sur mon corps et qui finalement ne menait à rien de bon. S'aimer, c'est la seule chose valable à faire. Mille bravos pour ce travail sur toi! Nénuphou et chocolat sans complexe! ;-)

    RépondreSupprimer